La CNIL amplifie les déboires d’Amazon et Google, c’est au tour de celle-ci de leur tomber dessus pour non-communication sur les cookies dans leurs sites web après les restrictions sur Amazon et les pannes que connaît Google.

La CNIL remet en cause Google

Le 7 décembre la CNIL condamne donc Google LLC à payer 60 millions d’euros et Amazon Ireland Limited à 40 millions d’euros pour avoir déposé des cookies publicitaires sur les ordinateurs des utilisateurs de moteur de recherche sans leur consentement ou informations satisfaisantes.

Ce manquement aux règles établies aurait touché près de cinquante millions d’utilisateurs, néanmoins Google a mis en ligne un rectificatif réglant le problème dans la plupart des pays où est déployé le moteur de recherche. Mais ce correctif n’a pas pris effet en France.

La CNIL s’est trouvée matériellement compétente et a donc pris le dossier en main pour sanctionner le géant américain et sa filiale Irlandaise.

Amazon également concerné

Amazon a subi le même châtiment avec une amande d’un montant de 35 millions d’euros pour les mêmes raisons que Google. Le géant du e-commerce a maintenant 3 mois pour rectifier le tir sous peine de subir une amende de 100 000 € par jour de retard.

Des amandes de plus en plus élevées

On peut remarquer au-delà de ça que les amandes des administrations françaises sont de plus en plus sévères auprès des GAFA. Les sanctions appliquées se font en fonction du chiffre d’affaires de celle-ci qui ne cessent d’augmenter ainsi que du nombre de personnes touchées. La main de la CNIL pourrait être encore plus lourde à l’avenir, depuis 2012 elle est autorisée à sanctionner les entreprises à hauteur de 4% les entreprises qui enfreignent les règles. De quoi faire réfléchir les géants du web…

 

Suivez nous sur nos réseaux et regardez le blog pour plus d’actualités !

Facebook
Twitter
Instagram
Blog